Flux RSS

I need to blog again

Publié le

Enough said

Publicités

Duck

Publié le

Sometimes,

It walks like a duck,

It quacks like a duck,

But it is not a duck…

Almost lover

Publié le

C’est un ami qui me l’a fait découvrir… Elle fait mal quand on repense à toutes ces histoires qui auraient pu être.

A Fine Frenzy : Almost lover

Your fingertips across my skin
The palm trees swaying in the wind
Images
You sang me Spanish lullabies
The sweetest sadness in your eyes
Clever trick

Well, I never want to see you unhappy
I thought you’d want the same for me

[Chorus]
Goodbye, my almost lover
Goodbye, my hopeless dream
I’m trying not to think about you
Can’t you just let me be?
So long, my luckless romance
My back is turned on you
Should’ve known you’d bring me heartache
Almost lovers always do

We walked along a crowded street
You took my hand and danced with me
Images
And when you left, you kissed my lips
You told me you would never, ever forget
These images

Well, I’d never want to see you unhappy
I thought you’d want the same for me

[Chorus]
Goodbye, my almost lover
Goodbye, my hopeless dream
I’m trying not to think about you
Can’t you just let me be?
So long, my luckless romance
My back is turned on you
Should’ve known you’d bring me heartache
Almost lovers always do

I cannot go to the ocean
I cannot drive the streets at night
I cannot wake up in the morning
Without you on my mind
So you’re gone and I’m haunted
And I bet you are just fine

Did I make it that
Easy to walk right in and out
Of my life?

[Chorus]
Goodbye, my almost lover
Goodbye, my hopeless dream
I’m trying not to think about you
Can’t you just let me be?
So long, my luckless romance
My back is turned on you
Should’ve known you’d bring me heartache
Almost lovers always do

No sleep tonight

Publié le

J’ai cette chanson dans la tête depuis ce matin…

Artist: The Faders
Song: No Sleep Tonight

I got you
I got you on my mind
And its time to make you see
(What I want)
So I’ll just make this
A little more obvious
Cos I get what I want
And I want you to get with me
(You wanna get with me)

Don’t think you know
How far I’m gonna go

Can’t stop this feeling
You cannot run away
Baby i’m what’s on your mind
You can’t stop this feeling
There is no escape
No sleep tonight
You won’t get
No sleep tonight

You want me
You want me all the time
And you don’t need nothing new
But you seem to be
A little oblivious
So I’ll show you the way
Cos I think that you need some help

Tell me baby
Are you coming with me?

Can’t stop this feeling
You cannot run away
Baby i’m what’s on your mind
You can’t stop this feeling
There is no escape
No sleep tonight
You won’t get
No sleep tonight

No sleep tonight
Oh
No sleep tonight

What you wanna sleep in?
No sleep tonight
You don’t to spell it out in black and white
What you wanna sleep in?
No sleep tonight
Do I have to spell it out in black and white?

(oh oh oh oh oh)
No sleep tonight
(oh oh oh oh oh)
No sleep tonight
(oh oh oh oh oh)
No sleep tonight
(oh oh oh oh oh)

Can’t stop this feeling
You cannot run away
Baby i’m what’s on your mind
You can’t stop this feeling
There is no escape
No sleep tonight
You won’t get
No sleep tonight

(oh oh oh oh oh)
No sleep tonight
(oh oh oh oh oh)
No sleep tonight
(oh oh oh oh oh)
No sleep tonight
(oh oh oh oh oh)
No sleep tonight
(oh oh oh oh oh)
No sleep tonight
(oh oh oh oh oh)
No sleep tonight
(oh oh oh oh oh)
no sleep tonight
(Oh oh oh oh oh)
No sleep tonight

Être une grande fille

Publié le

C’est un concept très connu, dans tous les couples (relations, non-relations, whatever you wanna call your situation) il faut de la communication. Selon la légende urbaine, les filles voudraient toujours et en tout temps discuter de leurs émotions. Il semblerait que la gent féminine tente toujours de forcer la communication avec des questions du genre : « où s’en va notre relation? » « Est-ce que tu m’aimes vraiment? », etc.

Si l’on en croit cette légende urbaine, alors deux de mes amies les plus proches et moi ne serions pas de vraies filles. Pourtant, nous adorons magasiner et nous vénérons chaussures et sacoches. Mais la communication, ça jamais. C’est quelque chose que nous ne faisons sous aucun prétexte. Parler de nos émotions, ça non plus on ne le fait pas.

Bon OK, c’est vrai, nous parlons de nos émotions entre nous. Les soupers de filles ont été inventés pour une raison, non ? Et encore, c’est pas tant de nos émotions dont nous parlons lors de ces soupers, c’est plutôt de nos frustrations.

Le plus ironique dans tout ça, c’est que toutes les trois nous avons étudié dans le grand domaine des communications. Nous sommes deux à avoir fait des études en traduction et la troisième a un BAC en communication. Beau trio que nous faisons. Nous sommes toutes les trois douées avec les mots, mais nous sommes parfois incapables de nous en servir quand il serait important de le faire.

Certaines d’entre nous se sont faites dire qu’elles étaient froides, parfois même le terme « cold hearted bitch » a été utilisé. Mais nous sommes loin d’être froides. C’est vrai qu’au premier abord nous ne faisons pas très « fifille ». Nous sommes loin d’être naïves, nous ne sommes pas de pauvres cruches innocentes et nous sommes aussi très indépendantes. Et surtout, we so do not do quétaine!

Mais, depuis peu, l’une d’entre nous a commencé à « faire sa grande fille ». Elle s’ouvre un peu plus, parle de ses frustrations à son compagnon, partage ses craintes. Et, ma foi, les choses semblent bien aller pour elle. Il serait peut-être temps que nous fassions toutes nos grandes filles…

I think… NOT!

La cuisine

Publié le

Il n’y a pas très longtemps, notre chère vice-prez maintenant devenue un very cute cupcake, a mis une photo de ma table de cuisine sur Facebook. La légende de la photo disait :” this table has seen us too many times”. Mais en fait, cette table ou plutot ma cuisine, elle a vue beaucoup plus que juste des soirées entre amis.

La cuisine a toujours été pour moi le cœur d’une maison, et la mienne ne fait pas exception à la règle. C’est dans cette pièce que je reçois mes amis. C’est là que je fais à manger, là où je passe des nuits blanches à étudier. Bref, c’est dans cette pièce que je vie.

Si ma cuisine pouvait parler, elle pourrait vous en dire beaucoup sur moi. It saw me fall in love, it saw me fall out of love.

It saw me happy, sad, angry, mad at the world.

It saw me and Robert discussing Anne Rice And Oscar Wilde.

C’est là ou je fomente tous mes evil plans.

Elle m’a vu cuisiner pour les gens que j’aime.

Elle a vu les engueulades de couple.

It saw me bare my soul to my friends.

It saw me smile, it saw me cry.

It saw me high on my meds.

It saw me barely able to move because my back was hurting to much.

It saw me having really weird and inapropriate conversations with my mom.

It saw me call my dad at two am because I was in need.

It saw me being given tough love by my friends.

Elle en a entendu des vertes et des pas mûres comme :

Me : I need to get laid

Her : I don’t do theese things

Me : Well I do !

It saw naughty things.

It saw friendship.

It saw good times, It saw bad times.

Just last week, It saw me breakdown to see me come back up the very next day!

It saw us dancing it out, Grey’s Anatomy style.

It saw new frienship come to life.

It saw me become the woman I am today.

And it sure saw us drunk.

But most of all, it saw me live !

To all of you guys, I love you!

2$ Chow Mein

Publié le

2$ Chow Mein

Hier après-midi, je suis allée faire un tour sur la promenade Ontario. C’était la vente trottoir et je me suis dit que je pourrais aller rire des gens un peu. En me promenant, j’ai entendu les cris de deux chandails qui m’imploraient de les adopter. Je n’ai pas hésité un instant et les ai achetés. Un peu plus loin, c’est une sacoche qui me suppliait de la prendre avec moi, encore une fois je n’ai pu résister (bon selon un certain quelqu’un c’est plus une valise qu’une sacoche… Mais c’est un gars, il y connaît rien aux sacoches lui !).

Puis, vers la fin de ma promenade, je suis tombée sur un endroit qui vendait du Chow Mein à 2$. Pour ceux d’entre vous qui ne seraient pas familiers avec le Chow Mein à 2 $, je vous explique. Il s’agit en fait de nouilles avec quelques fèves germées et quelques bouts d’oignons. Je sais, je sais, vous vous dites qu’il n’y a pas grand-chose d’extraordinaire là-dedans, mais détrompez-vous. Le Chow mein à 2$ est génial, car pour quelques deniers, il vous rempli le bedon et en plus il goûte bon! Et puis, ça faisait longtemps que j’en avais pas mangé!